Un bénéfice de 650 000€ de la FFTT en 2019/2020

Voici les explications de la FFTT sur bilan positif. 

Après plusieurs exercices difficiles depuis 2013, la FFTT aura réussi à redresser ses comptes au fil des années. Désormais, pour la saison 2019/2020, elle affiche un résultat positif de 650 000 €. Décryptage d’une santé financière retrouvée.

En 2013, malgré une exposition médiatique internationale plus que satisfaisante, l’organisation des Mondiaux de tennis de table à Paris-Bercy avait précipité les comptes fédéraux dans le rouge, affichant un résultat déficitaire en fin d’année. Ce passif aura eu des répercutions jusqu’en 2016 mais dès l’année suivante, l’équipe fédérale a su remonter la pente et arborer cette fois-ci un résultat positif de 125 000 €, qui s’est accéléré les deux années suivantes. Aujourd’hui, tous les signaux financiers sont au vert, avec une trésorerie et un fonds de roulement à la hausse. Des éléments positifs et nécessaires pour aborder sereinement l’avenir.

Les causes de ce rebond financier fédéral sont multiples. Tout d’abord, avec les années, le déficit des Mondiaux 2013 s’est estompé et ne pèse désormais plus dans les comptes fédéraux. Ensuite, une gestion draconienne et radicale a été imposée, tout en insufflant une gestion plus efficace de la fiscalité. En parallèle, de nombreux contrats et partenariats ont été renégociés : nouveau contrat d’assurance permettant une économie de 70 000 € par an, signature des marques allemandes Donic pour les balles et Victas pour les tenues de l’équipe de France, … L’objectif fut d’ouvrir de manière plus franche à la concurrence. Et malgré la crise sanitaire et ses répercussions économiques, leur revalorisation financière a été à la hausse.

Grâce à cette trésorerie saine, la FFTT aura ainsi réussi à traverser  le confinement ainsi que l’arrêt des compétitions sans réels dégâts, réussissant même à débloquer un plan d’aide d’un montant de 500 000 euros pour ses clubs. Cette somme reste conséquente pour une fédération avec un budget annuel de 6 millions d’euros, mais le trésorier fédéral Jacques Ray le souligne : « Ce plan d’aide ne pèsera pas sur nos résultats. »

Enfin, un budget bénéficiaire permet également d’anticiper plus sereinement les échéances sportives, notamment les Jeux Olympiques reportés à l’été 2021 puis les Jeux de Paris en 2024. Pour Paul De Keerle, directeur général de la FFTT : « Une situation financière saine et une bonne trésorerie apportent la tranquillité nécessaire pour une préparation plus sereine du haut niveau. »