Quadruple champion de France de Pro A, vainqueur de la Coupe ETTU en 2019, Hennebont veut encore grandir. Son nouveau projet, un centre international d’entraînement, de formation et de compétition, verra bientôt le jour. Il s’annonce unique dans le tennis de table français.

Roxana Maracineanu visite la contruction de la salle 

Pause de la première pierre, le 11 janvier 2021, en présence de Roxana Maracineanu, ministre des Sports – Crédit vidéo TebeoTV

L’histoire est en marche. Sauf incident de parcours, la GV Hennebont pourra dans les mois à venir couper le ruban d’un complexe de tennis de table unique en France. Un centre international d’entraînement, de formation et de compétition, construit dans la commune du Morbihan. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 3 700 m2 de surface totale, une aire de jeu de 1 500 m2, un millier de places assises, un espace VIP de 300 m2, une salle de fitness, une boutique officielle, un espace médical et les bureaux du club. Coût : 6 millions d’euros HT. Le financement est public, assuré par l’État, la région Bretagne, le département du Morbihan, l’agglomération et la ville. Les travaux ont débuté. La livraison est prévue pour la fin de l’année.

Centre de formation d’Hennebont

En parallèle, le club breton va se doter d’un centre de formation, situé dans le même périmètre. Il abritera une trentaine de chambres, un restaurant et des salles de cours. Coût : 2 millions d’euros. À la différence du centre d’entraînement, la facture sera réglée par la GV Hennebont. Il devrait ouvrir ses portes en septembre 2022

Jouer les premiers rôles

Le projet est ambitieux. Selon Bruno Abraham, le président du club, il permettra à Hennebont de rivaliser en termes de structures et d’équipement avec une seule poignée de grands du ping européen, dont Orenbourg en Russie, Düsseldorf et Ochsenhausen en Allemagne. L’élite du continent, rien de moins. Avec, à la clef, la volonté d’accompagner cette réalisation architecturale d’une poussée de fièvre sportive.

«Nous devrons jouer les premiers rôles, sur le plan national et international, explique Bruno Abraham. C’est une évidence. Mais nous souhaitons aussi utiliser notre nouvelle salle pour organiser des compétitions, y compris sur le plan international, à partir de l’année 2022. Nous allons pouvoir répondre aux appels à projets lancés par les instances du tennis de table.»

Bruno ABRAHAM

Président du club

Une salle trop vétuste

Retour en arrière. Année 2003. La Garde du Vœu Hennebont TT accède à la Pro A. Le club breton voit grand, dès son entrée dans l’élite. Au terme de sa deuxième saison, il décroche le titre de champion de France. Il le conserve l’année suivante. Mais Bruno Abraham s’en souvient :

La ville n’avait ni les moyens ni la volonté de nous accompagner. Il nous a fallu nous débrouiller seuls, en fédérant autour du club et de l’équipe première la population et le tissu socioéconomique.

Bruno ABRAHAM

Président du club

À l’époque, le club dispose d’une salle vétuste, peu en rapport avec ses ambitions. Son public est nombreux et fidèle – 7 à 800 spectateurs en moyenne sur la saison – mais les conditions d’accueil et d’entraînement freinent le développement.

À partir de 2009, nous avons milité auprès de l’équipe municipale pour une réhabilitation de la salle, raconte Bruno Abraham. Mais notre projet est resté sans réponse. Cinq ans plus tard, nous avons changé nos plans et travaillé sur un concept différent : la construction d’une salle
neuve. 

Bruno ABRAHAM

Président du club

La nouvelle équipe municipale se montre intéressée. Christian Palierne, l’ancien président de la FFTT, joue les «facilitateurs».

Bientôt, le financement est bouclé. Le centre international d’entraînement et de formation d’Hennebont ne s’écrit plus au conditionnel. Il devient une réalité

Un entraîneur de renom

Son président n’en fait pas mystère : Hennebont fonctionne déjà comme si le club disposait de sa future salle. Une agence de communication, EGG Events, a été recrutée pour accompagner l’équipe dirigeante dans sa stratégie de développement. Un entraîneur de renom viendra bientôt poser ses malles dans le Morbihan. Le staff sera également renforcé par un ancien cadre d’une instance internationale. Dans le même temps, Hennebont a été sélectionnée comme centre de préparation aux Jeux (CPJ) pour Paris 2024.

Nous  avons  la  volonté d’accueillir des délégations étrangères. Nous voulons aussi recevoir dans notre futur centre de formation des jeunes pongistes venus du monde entier.

Bruno ABRAHAM

Président du club

Le monde du ping n’a pas fini d’en- tendre parler d’Hennebont.

Crédits www.fftt.com