Réflexions autour d...
 
Notifications
Clear all

Réflexions autour de l'excellence - Michel Gadal

 
jerome
(@jerome)
Administrateur Admin

Pleins feux sur Michel GADAL

_builder_version="4.6.5" _module_preset="default" max_width="2560px" custom_padding="4px||12px|||"]

 Le livre que je viens de terminer s’intitule "Réflexions autour de l’Excellence", il sortira en version numérique uniquement et en 5 langues. Le prix de vente sera de 14,90 €, la mise en ligne est prévue le 7 Octobre.

Par ailleurs j’ai écrit un autre livre en 1996: La Route du Succès, ce livre a été publié en Anglais et Allemand. Il n’est plus disponible sauf je crois 1 exemplaire sur amazon mais à un prix pas raisonnable.

 

"Avant toute chose, je souhaite témoigner du plaisir qui est le mien d’écrire ces quelques lignes en préface de l’ouvrage de Michel Gadal et de ses réflexions autour de l’excellence. J’ai eu le privilège de devenir un jour champion et il m’est impossible de ne pas associer Michel au chemin qui m’a permis de gravir le toit du monde. Ce long périple a été particulièrement excitant et riche et je le lui dois en partie.

S’il y a bien un mot qui accompagne un champion tout au long de sa carrière c’est le mot « excellence » et je ne remercierai jamais assez Michel d’avoir su me donner les clés pour me l’approprier au mieux dans mon quotidien.

Une carrière de haut niveau se construit avec du travail, de la détermination, de la persévérance, du plaisir et elle se bâtit aussi au gré des rencontres que nous sommes amenés à faire tout au long de cette dernière.

Ma rencontre avec Michel alors que j’avais seulement 11 ans est incontestablement celle qui m’a le plus marqué. Son côté visionnaire, sa créativité, son positivisme, et son sens pédagogique ont été d’une grande richesse pour moi et j’ai souvent eu l’occasion de dire et répéter à quel point Michel avait eu un rôle prépondérant dans quelque chose d’essentiel : donner du sens à mon travail quotidien.

S’inscrire dans le temps, s’approprier son projet, le partager pour le rendre plus efficace, comprendre pourquoi nous faisons les choses, créer en permanence pour surprendre et gagner, autant d’éléments essentiels que j’ai pu mettre en pratique au fil des ans jusqu’à atteindre le graal.

Ces éléments sont parfaitement décrits dans les quatre piliers de l’excellence ainsi que dans la description non moins habile de ces permanences que sont l’efficience, la durabilité et l’agilité. 

Au-delà de sa profondeur d’analyse, la richesse de cet ouvrage réside aussi dans le parcours singulier de son auteur qui a œuvré à la mise en place de politiques de haut-niveau dans plusieurs pays et parfois radicalement différents en termes de culture sportive. Cette diversité d’approches culturelles lui permet de mettre une palette très large à disposition du lecteur et de proposer une nouvelle vision, une nouvelle approche de l’entrainement basée sur les qualités des champions, afin de faire progresser tous les joueurs et d’accompagner les meilleurs vers l’excellence.

La modestie de Michel lui fera dire qu’il me doit beaucoup, la mienne me fera dire que je lui dois tout. La vérité est que nous nous sommes nourris mutuellement au fil des ans pour atteindre une efficacité rare dans la relation entraineur/entrainé empreinte de confiance, respect et échanges qualitatifs. Mais je lui dois cette capacité à chercher de nouvelles solutions et d’inventer de nouvelles voies si essentielles à la performance sportive car cette dernière évolue en permanence.

L’intérêt de cet ouvrage est qu’il s’adresse à un public très large. Bien évidement aux pongistes, qu’ils soient joueurs ou entraîneurs mais pas uniquement. Chaque individu, qu’il soit sportif ou non, peut trouver une utilité dans les piliers de l’excellence tels que décrits par Michel afin de progresser et quelque part de pouvoir devenir un champion de son quotidien quelle que soit son activité.

Je pense aussi aux managers d’équipes en entreprise qui seront forcément sensibles à la dernière partie relative au « coacher pour gagner » et trouveront des clés pour créer les conditions qui permettront aux collaborateurs d’apprendre, de grandir et de s’épanouir.

La capacité du manager de connaître et comprendre ses collaborateurs, d’ajuster sa gestion en fonction de leurs besoins et de leurs demandes sera un des facteurs essentiels de la réussite.

Merci à toi Michel d’avoir créé un climat de confiance tout au long de ses années grâce à la grande qualité de tes relations humaines mais aussi grâce à la mise en place de règles permettant de travailler librement, d’agir et de pouvoir faire des choix. 

Toute expérience qui n’est pas transmise étant perdue, un très grand merci également de nous permettre au travers de cet ouvrage d’accéder à la richesse de ton expérience et de ton expertise.

Je terminerai en évoquant le passage sur la « chance ». Il m’a particulièrement interpellé.  Intégrer ces notions comme concept m’est difficile, mais je peux, en revanche et sans l’ombre d’un doute, témoigner de la chance qui a été la mienne de croiser un jour ton chemin.

Excellente lecture à toutes et tous !

Préface de Jean-Philippe GATIEN

Pouvez-vous présenter votre livre "réflexions autour de l'excellence" ?

Cet ouvrage propose une nouvelle approche de l’entrainement vers l’excellence.

En s’appuyant sur les qualités communes aux champions, j'interroge nos méthodes d’entrainement traditionnelles.

Prenons-nous en compte, dès le début les qualités qui font la différence entre ceux qui réussissent et les autres ?

Les concepts et bases théoriques proposées vous permettront d’explorer d’autres voies pour  accompagner vos athlètes vers davantage de créativité, qualité indispensable pour atteindre l’excellence.

Pouvez-vous nous donner votre parcours pongiste ? 

Carrière effectuée dans le monde du tennis de table dans le cadre de la mise à disposition par le Ministère des Sports puis au cours de contrats privés à l’étranger

1979- 1985 : Conseiller Régional de la ligue du Languedoc Roussillon en charge du développement, de la formation de cadre et du haut niveau

1985-1992 : Entraineur National en charge des équipes de France senior messieurs et des stratégies de haut niveau

1993-1998 :
- Entraineur National du Canada- Consultant pour la Fédération Internationale de Tennis de Table (ITTF) en charge de la conception et de la mise en place d’un programme de formation des entraineurs au niveau mondial- Consultant pour la Fédération Brésilienne de Tennis de Table

1998- 2001 : Directeur de la performance pour la fédération anglaise de tennis de table dans le cadre de la restructuration du sport en Angleterre et en Grand Bretagne

2012 – 2013 : Directeur Général des championnats du monde de tennis de table qui se sont déroulés à Paris Bercy du 13 au 20 Mai 2013

Depuis 2014 : Spécialisé dans la création et le suivi de projets d’excellence. Activité essentiellement pratiquée dans le monde du tennis de table au travers de conseil pour les fédérations nationales du Brésil, d’Egypte, Argentine, IsraëlA côté de ces activités de coaching je suis aussi intervenu auprès d’entreprises pour des conférences sur les projets d’excellence et le coaching de managers. J’assure également un cours annuel dans le cadre du Masters Trajectoire Manager Sport à l’INSEP (Paris)

Meilleurs résultats comme entraineur

  • Médaille d’argent aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 (JP Gatien)
  • Médailles d’Or aux Jeux Panaméricains (Mar Del Plata Argentine 1995)
  • Médailles d’Or à plusieurs championnats du Commonwealth
  • Médaille d’Or aux championnats d’Europe (Göteborg 1990)

... et en tant que joueur

Je pourrais ajouter que j’ai joué, que j’ai atteint le classement 15 (cela n’existe plus évidement ! ), j’ai joué en N2 par équipes (à l’époque 1 seule national 1 et 2 N2) j’ai joué successivement pour les clubs d’Auch, IBM Montpellier et Source Perrier

On associe souvent votre nom au déficit des Championnats du Monde, pouvez-vous nous en dire plus ? 

Pour répondre à cette question, je vous invite à lire la lettre ouverte que j’ai adressée aux pongistes concernant les différentes déclarations du Président Palierne qui n’a par ailleurs jamais précisé qu’il était le Président du comité d’organisation ! Les points que je souligne dans ma lettre n’ont jamais eu de réponses. 

Voilà plus d’un an que j’ai cessé toute fonction au sein de notre fédération tout en gardant bien évidemment un œil très intéressé sur son activité et celle du monde pongiste en général. Durant cette période j’ai suivi assidûment la communication fédérale ; ayant relevé beaucoup d’inexactitudes, d’erreurs ou d’interprétations tendancieuses dans des dossiers qui me concernent personnellement ou pour lesquels mon implication a été très forte, j’ai jugé nécessaire de vous donner mon éclairage au travers de cette lettre ouverte.
Je souhaite revenir tout particulièrement sur trois points : les championnats du Monde 2013, mon dossier personnel lié à mon départ de la FFTT, la situation actuelle et l’évaluation qui a été faite du travail réalisé par la direction technique nationale au cours de mon mandat de DTN.
Les Championnats du Monde
Sur ce premier point je souhaite porter à votre connaissance le début de ma dernière intervention au comité directeur de la FFTT (septembre 2013) :
“Quand j’ai accepté la responsabilité du Mondial c’était pour moi :-­‐ Une grande et belle aventure,-­‐ Un projet : faire changer l’image du TT pour intégrer notre sport dans la réalité des grands événements sportifs actuels et attirer vers nous les millions de pratiquants ne faisant pas partie de notre fédération.L’aventure n’a pas été grande et belle car elle n’a pas été partagée, ce qui est l’ingrédient indispensable pour réussir. Cela a été une frustration permanente pour moi. Le changement, même s’il était approuvé dans les discours, n’a pas été soutenu. En quelque sorte le passé a pris le pas sur l’avenir, les habitudes sur les idées, le confort de ce que l’on connaît sur l’innovation”
Pour aller au-­‐delà, je souhaite  vous communiquer quelques chiffres et éléments qui vous permettront d’avoir une vision réaliste d’un bilan dont l’évaluation ne peut se limiter à la lecture du rapport financier présenté lors de l’assemblée générale de novembre 2013 (à laquelle je n’ai pas été invité !).
Lorsqu’on évoque le bilan financier il fait apparaître un déficit  de  691  000  €. Durant cette même assemblée le bilan du dernier exercice fédéral est présenté en excédent de 430 000€ ! Cette présentation des finances fédérales laisse à penser que les championnats du Monde n’ont pas été organisés par la fédération… je pense que l’on ne peut pas faire l’impasse sur la valorisation de toutes les actions de promotion dont le tennis de table a bénéficié. Pour information, les actions de l’Equipe et Decaux sont, à elles seules, valorisées à hauteur de 980 000 €. Si l’on ajoute à cette promotion plus de30 heures de diffusion télé en direct, les duplex, les résumés dans les tranches d’informations et le succès incontestable du Mondial Ping Tour, l’investissement fédéral me semble raisonnable. En effet, contrairement aux autres fédérations nationales organisatrices d’événements mondiaux au cours de ces dernières années, la FFTT n’a pas contribué au budget de son Mondial (pour information l’investissement des autres fédérations s’est situé entre 400 000 € et 700 000 €). Compte tenu de tous ces éléments les 691 000 € de déficit du bilan du Mondial ou, pour être plus exact, les 261 000 €  de déficit de l’exercice financier semblent tout à fait réalistes par rapport à un événement de cette envergure dont on ne peut faire une analyse limitée au prisme financier.
J’assume bien évidemment ma part de responsabilité même si je refuse de le faire seul ; ce Mondial aura été une expérience douloureuse, je ne peux m’empêcher de dire que j’ai été et suis blessé par les commentaires et l’attitude de certains qui ont préféré jouer contre leur camp plutôt que participer au succès d’un Mondial dont j’étais  le responsable. Certains de nos dirigeants auraient clamé haut et fort qu’ils ne vendraient pas un billet, d’autres auraient parié une caisse de champagne sur ma démission avant le début du Mondial !
Cette attitude stupéfiante et le manque d’engagement de nombreux dirigeants fédéraux ont sans aucun doute joué un rôle important dans l’échec relatif de la vente de billets dans la famille pongiste puisque à peine 20% des places ont été achetées par les structures fédérales.
Les retours positifs ont été nombreux, ils viennent pour la très grande majorité de l’extérieur mais ils font chaud au cœur de toute l’équipe qui a travaillé avec moi pour faire de ce Mondial Ping un événement référence dans l’histoire de notre fédération internationale.
A côté du succès du Mondial Ping Tour beaucoup de possibilités se sont présentées, je pense par exemple aux offres VIP qui ont amené beaucoup de personnalités, de chefs d’entreprises à Bercy. Cela aurait pu être le point de départ de la création d’un nouveau réseau de partenaires pour la fédération... On peut légitimement s’interroger sur les raisons de ces opportunités manquées par nos dirigeants.
Je regrette qu’ils préfèrent ignorer le monde extérieur comme ils ont ignoré la réalité de la politique internationale. La position fédérale lors de la dernière élection de l’ITTF qui s’est déroulée à Paris a été, de mon point de vue, une faute politique grave que nous payons aujourd’hui très cher. A l’heure où nous pourrions jouer un rôle majeur dans la reconstruction d’une Europe pongiste compétitive face à la Chine et l’Asie, la FFTT est aujourd’hui isolée. J’estime que dans ce domaine comme dans d’autres nos dirigeants fédéraux ont réussi à détruire dans un temps record le travail réalisé par leurs prédécesseurs.

 

Lettre ouverte aux pongistes

Quote
Topic starter Posté : 7 octobre 2020 0 h 00 min

X

Pin It on Pinterest