Nous avons réalisé une interview de Pierre Férin, passionné de tennis de table et écrivain

Pouvez-vous vous présenter ?

Pierre Ferin, né le 14 avril 1945 en Belgique, de nationalité française, habitant dans les Pyrénées orientales (66)

Quand avez-vous eu la passion de l’écriture ? Combien de livres avez-vous écrit ? Quel livre a eu le plus grand succès ? Avez-vous écrit des revues pour le Ping-Pong ?

J’ai la passion de l’écriture comme de la lecture depuis mes quinze ans. J’écrivais des monologues récités et des petites pièces jouées entre amis devant les connaissances et parents. Ensuite entre 17 et 30 ans, ma vie a pris un cours aventureux (voyages et engagement politique radical), ce qui a interrompu cette passion. Je l’ai reprise plus tard (lecture et écriture) et depuis 10 ans, j’essaye de m’en occuper sérieusement (suivi des publications et participations à des salons du livre – voir mon site www.pierreferin-ecrivain.fr) .

J’ai publié quatre livres :

– « >Tout en part, tout y revient«  : thriller entre Toulouse et Cordoue (Andalousie) sur fond de concurrence entre religions autour de l’antique mosquée-cathédrale de Cordoue

– « L’insupportable perfection de l’être » : recueil de 12 nouvelles drôles, sarcastiques, érotiques, dramatiques

– « Vous saurez tout sur Marc Dubois sans l’avoir jamais demandé » : biographie « réflexive » sur ma vie tumultueuse entre 17 et 30 ans (guerre des Six Jours, travail au Kibboutz, université de Jérusalem, Mai 68, traversée des Pays de l’Est – démocraties populaires, université de Vincennes, engagement politique radical pendant dix années.

Le livre qui a le plus de succès est le recueil de nouvelles. Mais ma bio marche aussi bien quand je suis invité à un café littéraire pour en parler. Ca bouleverse !

En ce qui concerne le ping, je n’ai écrit que des brochures techniques en IDF pour les entraîneurs et mon mémoire de recherche.

Votre dernier roman. Pouvez-vous nous raconter de quoi parle l’histoire ? A qui s’adresse ce livre

Mon 4ème roman « ne le laisse pas tomber, il est si fragile« , raconte une histoire d’amour ratée qui dure dix ans depuis la première rencontre sensuelle jusqu’au divorce tumultueux. Le titre est un détournement du fameux tube des années 80 et montre que les hommes sont bien plus fragiles qu’on ne le pense et que dans un couple le dominant n’est pas toujours celui qu’on croit. Les histoires de couple (surtout malheureuses) intéressent tout le monde car presque tout le monde est concerné et dans ce cas, comme le héros narrateur est un entraîneur de ping, il y a beaucoup de séquences qui se passent dans des salles d’entraînement et lors de compétitions entre jeunes qui devraient plaire aux pongistes. De plus, la relation entraineur-dirigeants (de club et fédération) est décortiquée et elle n’est pas toujours des plus faciles et la façon dont j’en parle pourrait interpeller dirigeants et entraîneurs actuels. C’est un roman à la fois drôle, érotique, profond et dramatique. C’est un roman de fiction basé sur beaucoup de « vécu » !

Si vous aviez un livre sur le Ping-Pong a conseiller aux pongistes, quel serait ce livre

Ping-Pong de Jérôme Charyn (Robert Laffont) formidable, souvenirs de joueurs et de matches entre les salles de ping de New-York et du club Métro à Paris !

Comment vivez-vous le confinement ? Une période propice pour écrire ?

Comme tout le monde, j’ai hâte que le confinement se termine et surtout que le virus disparaisse ou soit l’objet d’un traitement EFFICACE. En fait, je venais de terminer un 5ème manuscrit très long c’est à dire beaucoup de confinement pour écrire et au moment où je le termine et je peux enfin souffler, le virus débarque ! Faites attention à vous !

J’aime beaucoup tennis2table ! Longue vie à vous !

Quelles sont les fonctions que vous avez et avez eu dans le ping ?

Comme joueur,

j’ai commencé à pratiquer dans un grand club bruxellois vers mes douze ans. Je suis vite monté en niveau et classement pour arriver vers 15 ans à l’équivalent du classement 16 actuel. Mais, je pratiquais avant tout un sport collectif le hockey sur gazon et en salle (très pratiqué dans le nord de l’Europe et le Commonwealth et déjà sport olympique à l’époque), je jouais en nationale 1 sur gazon et en salle et je fus rapidement, à 17 ans, plusieurs fois sélectionné dans l’équipe nationale belge. Avec les études universitaires en plus, j’ai laissé tombé le ping, que j’ai repris en France à l’âge de 31 ans. J’ai cofondé un club à Grenoble (l’arlequin) et suis revenu à peu près au même niveau de jeu tout en démarrant une carrière d’entraîneur.

En tant qu’entraîneur :

– 1977-1980, co-fondateur d’un club pongiste à l’Arlequin de Grenoble (Villeneuve) (Isère) et entraîneur bénévole du club

– 1980-1981, éducateur sportif au club de Romilly sur Seine (Aube) (BE1 obtenu en 1980)

1981-1987, éducateur sportif au club de Gouvieux (Oise) (BE2 obtenu en 1984)

Résultats significatifs : Véronique Moreau médaille d’or double filles et médaille de bronze double mixte aux championnats de France junior à Saint-Nazaire

1988-1992, Conseiller Technique Régional de la ligue de Franche-Comté (BE3 obtenu en 1988 sujet : le traitement des informations par le cerveau dans la pratique à haut niveau du tennis de table et ses conséquences pour l’apprentissage – sous la direction du professeur Bertsch)

Mission principale : entraînement de Nathalie Faivre (je prends la suite de Bernard Bouzigue qui est resté un an) et quelques autres joueurs.ses « fort.e.s ». Résultats : N. Faivre est quatre fois championne de France (minimes + cadettes)

1992-2001, Conseiller Technique Régional de la ligue d’Ile de France (reçu au concours de Professeur de sport) responsable de la formation d’entraîneurs. Plusieurs missions à l’étranger pour le ministère et le mouvement olympique. Obtention du master 2 Staps à l’université de Caen

En tant que bénévole et élu

– 2001-2006, je suis conseiller à la DRJS de Toulouse et élu vice-président de la ligue de Midi-Pyrénées (bénévole) et aussi au CA de l’ASPTT Toulouse (bénévole)

2006-2009, je suis conseiller à la DRJS de Rouen et entraîneur bénévole du club de Mont Saint Aignan (jusqu’en 2014)

– 2009 : retraité et entraîneur bénévole au SPO Rouen (à partir de 2014) et bénévole dans l’organisation des matches de Pro A

depuis 2018 à ce jour, licencié du club d’Argelès sur mer (66), ligue d’Occitanie, joueur en pré-régionale, classement 890, après avoir arrêté la compétition pendant 10 ans.

Pour en savoir plus :